Remise en état d’un mécanisme de roue libre Maillard 24 cannelures

Share Button

Prêt pour une bonne inspection de remise en état de votre roue libre Maillard à 24 grosses cannelures ? Si vous hésitez encore, vous pouvez lire cet article : quand démonter le mécanisme d’une roue libre ?

Si ce n’est pas pour une réfection complète vous pouvez aussi suivre cet article pour régler, réparer ou simplement graisser votre roue libre. Alors, on y va ? Pas de panique, ça va bien se passer, voyons cela étape par étape :

  1. Voir ICI pour la présentation détaillée de cette série, pour savoir de quoi on parle, et pour séparer les pignons du corps de roue libre ; ce qui est obligatoire pour la suite des opérations avec cette famille. Vous devriez donc obtenir ceci, comme avec ce cobaye grippé… et bien rouillé !
  2. Pour avoir accès aux entrailles du corps de roue libre, il faut immobiliser la partie centrale (cannelée vu de l’avant et filetée vu de l’arrière, flèches rouges) afin de pouvoir dévisser l’anneau à deux ergots (flèches vertes).Le plus simple est de se servir d’un étau, pour avoir quelque chose de stable à l’effort et les deux mains libres.

On positionne une grosse douille derrière le corps de roue libre, et un bout de ferraille ou un gros écrou à l’avant. Les ergots dépassent de part et d’autre du mors de l’étau.

  1. On peut alors manœuvrer l’anneau central vers la droite (sens horaire) à l’aide d’une clé à ergots. Juste de quoi le débloquer.
  2. Toute la suite des opérations se déroule sur un plan stable. Dévisser complètement l’anneau central, doucement, pour qu’aucune bille ne s’échappe. Une ou plusieurs rondelles servent à régler le jeu du mécanisme. On notera ici que les 45 billes laissent un espace important sur le chemin du roulement. Au remontage, il est préférable d’en rajouter une 46ème dans un but de durabilité.
  3. Retirer les billes, et les garder précieusement avec la (ou les) rondelle(s) et l’anneau central à ergots.

Une boîte de conserve fera l’affaire.

 

  1. Retourner l’ensemble, puis séparer délicatement la partie intérieure. De ce côté-ci il y a également 45 billes… avec assez d’espace pour largement en ajouter une 46ème.
  2. Conserver précieusement les billes. Après un bon nettoyage, les dents de loup sont beaucoup plus nettes. L’engagement des cliquets n’en sera que meilleur.
  3. Dégager les cliquets, puis les ressorts doucement, bien droits.
  4. Billes mises à part, donc, voici ce que vous devez avoir sous la main. En haut, la variante à deux encoches avec le corps de roue libre signé ATOM. Sur la rangée du bas, le modèle anonyme courant à 24 grosses cannelures. Attention, seules les billes et la partie extérieure à dents de loup sont interchangeables entre les deux modèles… Pas le reste. Malgré les apparences, même le profil des cliquets est très légèrement différent.
  5. Il faut maintenant bien dégraisser toutes les pièces, avec une mention particulière pour les logements des cliquets et ressorts qui doivent être bien propres, secs. Une vieille graisse ou une huile poisseuse aura tendance à coller le cliquet au fond de son logement ! Être également attentif à l’état des pièces. Pas de cliquets ébréchés ou de chemins de billes trop creusés. Ici les billes ont tracé leur route sans usure notable.  
  6. Remettre en place les ressorts (bien dégraissés, comme le reste). Modèles avec ou sans « queue », les monter dans le bon sens : grande lame vers l’extérieur. Ils ne doivent pas ballotter dans leur logement (pour les faire rentrer, pincer légèrement lame courte contre grande lame). Les ressorts doivent permettre d’écarter suffisamment le cliquet vers l’extérieur, les déformer légèrement si besoin.
  7. Les cliquets s’insèrent à la verticale, perpendiculairement comme ceci, puis les rabattre vers le ressort.
  8. Ici, un cliquet monté contre son ressort qui l’écarte suffisamment.

Tout est monté à sec pour l’instant.

Les deux paires de cliquets / ressorts en place, il reste à s’attaquer aux billes ! C’est le plus gros du travail, mais pas de panique, tout va bien se passer…

  1. Enduire très légèrement de graisse tout le tour du chemin de billes, sans déborder vers les cliquets (graisse marine en bleu). On remet les 45 billes une par une. Notez encore une fois l’espace pouvant supporter une 46ème bille, que vous pouvez rajouter si vous en avez une de 3,175mm (ou 1/8″) sous la main.

Enduire très légèrement de graisse la partie extérieure du chemin de billes de la bague externe.

 

Ne pas déborder sur les dents de loup.

 

  1. Faire descendre doucement la partie extérieure, en crabe, de façon à engager un cliquet (les deux ne peuvent pas rentrer en même temps).

L’ensemble reste de travers, c’est normal…

mais les billes sont toujours en place !

  1. Engager le deuxième cliquet dans les dents de loup à l’aide d’un fin tournevis plat.

La partie supérieure s’est maintenant bien emboîtée.

Sauf que, et surtout si vous n’êtes pas habitué, une bille a pu s’échapper. Pas de panique, rien n’est perdu.

Si tout s’est bien passé, sauter l’étape suivante.

  1. Dans le cas d’une bille égarée, retourner l’ensemble délicatement sur la table, sans rien déboîter. À l’aide du tournevis, soulever très légèrement la partie centrale, et y introduire la bille fugueuse. N’importe où, cela n’a aucune importance. Retirer le tournevis, et en appuyant délicatement en rotation sur la partie centrale, la bille trouvera sa place en écartant ses voisines. Tout est rentré dans l’ordre, reste maintenant à retourner à nouveau l’ensemble pour continuer dans la position de départ.
  2. Remplir les logements des cliquets d’huile.

Une huile moteur bon marché comme une 15W40 est assez épaisse pour bien adhérer au métal sans risque de coller les cliquets au fond de leur logement.

L’intérêt est aussi de liquéfier la graisse pour qu’elle ne migre pas vers les cliquets, si jamais il y en a eu trop lors du montage des billes.

Tourner la partie extérieure vers la gauche pour bien répartir l’huile et tester le bon enclenchement des cliquets. Une fois l’huile répartie, le bruit des cliquets devient plus doux.

  1. Remettre la ou les rondelles de calage sur la partie centrale. S’il y a plusieurs rondelles, mettre la plus épaisse au-dessus, pour éviter de détériorer les plus fines en refermant le mécanisme à la fin du remontage.
  2. Enduire légèrement de graisse le chemin de billes supérieur. Avec le mécanisme remonté à ce stade, c’est moins facile, mais il ne faut pas déborder sur les dents de loup. Les rondelles protègent un peu de la graisse, mais surtout elles empêchent que les billes ne tombent dans le mécanisme, ce qui est plutôt pas mal conçu !

Le remontage des billes se fait ainsi en toute sécurité.

  1. Replacer les billes une par une en les plaquant bien en périphérie. Pour le faire plus facilement, si vous êtes du genre à avoir « les gros doigts », une astuce consiste à avoir un tout petit peu de graisse au bout du tournevis, de le poser sur la bille, et de déposer la bille sur le chemin, en raclant la pointe du tournevis contre le rebord.
  2. Une nouvelle fois, il y a de l’espace pour supporter facilement une 46ème bille. Si vous en avez une de 3,175mm (ou 1/8″) sous la main, ne vous gênez pas ! Enduire très légèrement de graisse l’anneau extérieur avant de le remonter.

Poser l’anneau central bien à plat, puis le revisser vers la gauche (sens antihoraire).

 

  1. Une petite astuce consiste à se servir du bout de deux doigts, délicatement, pour engager facilement le filetage bien à plat.

Revisser complètement à la main, et contrôler que la roue libre fonctionne parfaitement. Dans un sens : engagement franc des cliquets (un seul ne peut être engagé qu’à la fois) en rotation lente ou brutale. Et dans l’autre sens : roue libre sans frottement excessif et avec des cliquetis vifs.

  1. Finir de serrer l’anneau central avec une clé à ergots.

Contrôler à nouveau le bon fonctionnement, en particulier la libre rotation dans le sens roue libre, en lançant le mécanisme franchement d’un doigt.

  1. Dernier contrôle. Il ne doit pas y avoir trop de jeu dans le mécanisme, c’est-à-dire qu’on ne doit pas arriver à mettre en crabe la partie centrale par rapport à l’extérieur. Si c’est le cas, c’est que les chemins de billes se sont un peu creusés. On peut régler cela en jouant sur l’épaisseur les rondelles de calage. Dévisser l’anneau central, et reprendre à l’étape 24… en faisant attention aux billes ! Mais bon, comme la graisse est encore là, les billes devraient être restées en place.
Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *