Anatomie des roues libres Zeus 2000

Share Button

Les roues libres espagnoles Zeus 2000 font incontestablement partie du beau matériel. Elles restent hélas assez rares de ce côté-ci des Pyrénées, et assez coûteuses (mais souvent moins que d’autres marques en alliage). En occasion, il faut faire attention à l’état des pignons en aluminium qui s’usent bien entendu beaucoup plus rapidement que leurs équivalents en acier. 218g pour une roue libre en 14-18, 225g pour une 14-20 ou 246g pour une 14-22, bon d’accord ça reste léger mais c’est plus lourd qu’une Maillard Course en dural, mais c’est franchement plus beau ! Bref de la mécanique plutôt d’exception… pour un usage qui doit rester en rapport.

Notez l’élégance de ces roues libres jusqu’à leur envers… avec le corps en forme de petite fleur en inox, pour un raffinement qui devient invisible une fois l’ensemble vissé sur le moyeu.

L’assemblage est très simple : un corps et 5 pignons (dont l’épaisseur travaillée permet de se passer d’entretoises) et rien d’autre.

Les pignons ont été produits en différentes teintes d’anodisation qui ne change rien à leur qualité… L’usure se voit juste plus facilement sur des pignons bruns ou noirs.

Notez cependant la très subtile différence dans le profil des encoches : totalement arrondi sur les pignons clairs, et plutôt anguleux sur les foncés. En pratique cela ne change rien, sauf que les pignons foncés se montent ajustés très fermement sur le corps de roue libre (d’un autre côté, tant mieux). Cela peut demander une bonne poigne, mais je ne vous conseille pas d’arrondir ces cannelures pour mettre en place plus facilement les pignons, car en retirant la couche dure d’anodisation, leur ancrage en sera fragilisé.

Le corps de roue libre tout en acier est un poids plume avec ses 160g, et un exemple de design industriel particulièrement réussi. Une belle pièce.

Démontage :

Désassembler ces roues libres à l’aide d’une paire de fouets ne pose absolument aucun problème. Le premier pignon se dévisse classiquement dans le sens antihoraire.

Afin d’utiliser au mieux les fouets à chaîne, vous pouvez consulter cet article.

Pignons :

5 pignons et rien de plus s’assemblent sur le corps de roue libre.

Le filetage du premier permet de verrouiller tous les autres.

Il n’y a aucune entretoise, elles sont intégrées dans l’épaisseur des pignons.

 

 

 

Le premier pignon, de 14 dents au minimum, est le seul à être en acier, et c’est quand même mieux pour supporter le mince filetage intérieur de 43mm qui verrouille l’ensemble. Il reste néanmoins très léger, et sa peinture trompeuse façon aluminium est très réussie. Son épaisseur totale est de 4,5mm pour 2,0mm au niveau des dents.

 

Les autres pignons :

On pourrait penser qu’il y a deux modèles, car les plus petits pignons (jusqu’en 17 dents) ne possèdent pas de partie centrale échancrée à l’arrière…

… Alors qu’à partir de 18 dents, ils possèdent ce creux destiné à se caler parfaitement en fond de corps de roue libre (photo de gauche ci-dessous).

Mais en y réfléchissant bien, jusqu’à 17 dents les pignons ne peuvent pas se retrouver en dernière position (avec un départ de 14), alors la partie centrale creusée à l’arrière ne servirait à rien, donc autant qu’elle n’existe pas !

Ces pignons (de 47,5mm d’intérieur) sont ajustés au diamètre du corps de roue libre. Leur épaisseur totale est de 5,5mm pour 2,0mm au niveau des dents. Attention : l’épaisseur totale du deuxième pignon est plus faible que celle des suivants, et ne mesure que 4,5mm.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Share Button