Anatomie des roues libres Atom 4 et 5 vitesses « Bté SGDG »

Share Button

Les roues libres en 4 vitesses se font maintenant rares ; malgré tout, les Atom sont sans doute celles que vous pourrez trouver le plus facilement… ou pas ! Les 5 vitesses sont moins intéressantes, n’offrent pas grand-chose par rapport à la concurrence, à part peut-être la facilité d’extraction du moyeu avec leurs cannelures robustes.

Bref, ce sont malgré tout des roues libres sans soucis que j’apprécie. Voici à quoi elles ressemblent. En haut, le modèle 4 vitesses. En bas les 5 vitesses, avec à gauche le modèle noir très répandu, et à droite l’anecdotique modèle argenté dont le premier pignon est également signé Maillard. Pour ne pas se tromper, il s’agit en fait de tous les modèles dont l’anneau central mentionne, en écriture script : « Atom Bté SGDG     made in France ». Les roues libres marquées Atom 66 sont détaillées dans cet article.

Le modèle 4 vitesses est compact… sans compter les cannelures dépassant étrangement l’aplomb du premier pignon. Les 5v – qui sont une évolution du 4v et partagent le même corps de roue libre – apparaissent plus conventionnels de profil. Ces roues libres se trouvent en de nombreuses dentures, avec un départ de 14 dents en général. Notez ci-dessous, à droite, deux modèles 4v : en haut l’étagement standard, en bas un 14-26 recomposé par mes soins pour la grande randonnée.

Démontage :

Désassembler ces roues libres peut se révéler assez compliqué.

Afin d’utiliser au mieux les fouets à chaîne, vous pouvez consulter cet article.

Tous les pignons sont montés vissés sur le corps de roue libre. Les filetages des trois premiers pignons des modèles 5v (ou des deux premiers, pour les 4 vitesses) sont filetés dans le même sens que pour les roues libres classiques ; et les deux derniers sont filetés en sens inverse. Donc, selon le pignon à dévisser, il faudra se servir des fouets (avec toujours un fouet en prise sur le premier pignon, et l’autre sur le dernier restant) dans la configuration A ou dans la configuration B… Sinon on se retrouvera à serrer plutôt qu’à desserrer !

Allez, c’est parti ! On commence classiquement en configuration A.

Dans le cas idéal :

  • Le premier pignon en 4 ou 5v se dévisse.
  • Si les deux premiers pignons en 5v sont venus ensemble, les séparer au besoin ; s’ils ne sont pas venus simultanément, extraire le deuxième, toujours en configuration A.
  • Il reste maintenant les trois derniers pignons sur le corps de roue libre. Retourner les fouets en configuration B (ce qui permet habituellement de moins forcer qu’en configuration A, car les plus grands pignons – vissés moins forts – sont plus faciles à extraire). Le dernier pignon se dévisse alors.
  • Il reste maintenant les deux pignons centraux sur le corps de roue libre. Et c’est là qu’il faut se poser la bonne question. Si jamais le dernier pignon ne veut pas s’extraire, lequel doit rester en place ; soit parce qu’il est impeccable et n’a pas besoin de bouger, soit parce qu’il est trop usé pour être conservé et qu’on peut le sacrifier sans remords ?
  • Donc en résumé : pour extraire le plus petit des deux, se mettre en configuration A ; sinon, pour extraire le plus grand se mettre en configuration B.
  • Il reste alors un dernier pignon sur le corps de roue libre… et il est parfois bien serré ! C’est la partie la plus délicate du démontage. Pour extraire ce fameux pignon, prendre le corps de roue libre dans un étau, comme ceci. Rassurez-vous, il n’y a aucun risque de massacrer le mécanisme de la roue libre. Les parties (arrières et avant) du corps de roue libre prises dans l’étau sont saillantes, ainsi les parties mobiles sont protégées par un léger retrait.
  • Serrer très fort dans l’étau. Attention, certaines séries les plus anciennes, surtout les 4 vitesses, pourront avoir le corps marqué par les mors de l’étau, mais rien de grave… et surtout cela sera moins grave qu’en cas de ripage si l’étau n’était pas assez serré ! Pour éviter tout risque de ripage, justement, je vous conseille de placer une pince étau, très serrée (à la limite de ne pas arriver à l’enclencher, sinon ça ne sert à rien) en périphérie du corps de roue libre.
  • Main droite en pression sur la pince étau et main gauche sur le fouet, poussez fort ! Le pignon restant, quelle que soit sa position, se desserrera toujours vers la gauche (sens antihoraire).
  • Il arrive quelquefois que le dernier pignon soit vraiment impossible à dévisser. S’il n’y a pas nécessité absolue à le démonter, laissez-le tranquille. Sinon, s’il est usé, vous pouvez le sacrifier en y faisant trois saignées au plus près du corps, mais sans entailler ce dernier. Insérer ensuite un burin dans une des trois fentes, et un coup de marteau fera éclater le pignon (à répéter sur les autres fentes si besoin) !

 

Cas exceptionnel :

Roue libre complète, il est possible que même avec un bon effort sur les fouets à chaîne, rien ne bouge ! Ne pas insister, mais au contraire retourner les fouets en configuration B… et c’est le dernier pignon, plutôt que le premier, qui se dévissera d’abord !

Pour dévisser ensuite le premier pignon, remettre les fouets en configuration A et reprendre la procédure.

 

Pignons :

Comme nous l’avons vu au démontage, tous les pignons sont filetés… et de 4 diamètres différents !

4 ou 5 pignons et rien de plus. Il n’y a aucune entretoise, elles sont intégrées dans l’épaisseur des pignons.

Comme vous le voyez, le corps de roue libre est très plat. Trois filetages de diamètre différents accueillent les pignons.

Les deux derniers pignons ont un diamètre intérieur de 55,3mm pour une épaisseur de 2,0mm aux dents, et totale de 3,8mm au centre.

Le deuxième pignon en 4v ou troisième en 5v a le même aspect que les précédents, mais il est fileté en sens inverse. Aucun risque de se tromper, car le diamètre du filetage est plus petit, avec un diamètre intérieur de 50mm pour une épaisseur de 2,0mm aux dents, et 3,8mm au centre.

 

Le second pignon en 5v se visse sur le corps de roue libre d’un côté, et accueille le premier pignon de l’autre ; tout cela via un filetage intérieur unique de 42mm.

L’épaulement court se place du côté corps de roue libre, et l’épaulement large accueille le premier pignon.

L’épaisseur totale de ce pignon est d’environ 7,5mm.

 

 

Le premier pignon en 4v se visse directement sur le corps de roue libre par un filetage intérieur de 42mm.

 

L’épaisseur de ce pignon est de 2,0mm aux dents, et 3,8mm au centre.

 

 

 

Le premier pignon en 5v se visse directement dans le second, via un filetage extérieur de 43mm.

Sur les roues libres les plus anciennes, les dents ont une épaisseur constante de 2,0mm. Sur les séries plus récentes, les dents de ce pignon sont légèrement biseautées.

Ce pignon à une épaisseur de 5mm au centre.

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *