Osez des manettes 11 vitesses au cadre !

Share Button

L’année dernière je vous avais fait part de mon enthousiasme pour les manettes de changement de vitesses au cadre, et leur pertinence, même pour rouler moderne en longue distance, dans cet article : 10 bonnes raisons d’adopter les manettes de dérailleurs au cadre. Car c’est ce que j’avais fait en brevets comme sur ce BRM 600 ou 1000, et même lors de sorties plus exigeantes telle la Super Randonnée des Côtes de Bourgogne ou le dernier Paris-Brest-Paris. Bref, ces manettes au cadre n’ont pas constitué un handicap, mais au contraire un plaisir – un peu désuet, je vous l’accorde – supplémentaire au cours de ces randonnées. Hélas, société de consommation irréfrénée oblige, aujourd’hui même le géant du cycle qu’est Shimano ne semble plus proposer – pour combien de temps ? – que les manettes basiques, les SL-R400 : 8 vitesses, et qui fonctionnent également en 7v ceci dit en passant. Mais pour les 9, 10 vitesses ou plus ? Plus rien, justement ! Faudrait-il alors se tourner vers des marques douteuses – déjà dans l’esthétique de leurs produits – comme Sunrace, qui proposent encore ce matériel de niche ?

Oui, mais non ! Alors reste Dia-Compe ; vous connaissez ? Mais si, je suis sûr que vous avez déjà croisé du matériel néo-rétro de ce taïwano-japonais souvent très inspiré par l’esprit vintage. Bref, entre autres choses, ce fabricant propose dans sa belle série ENE Ciclo des manettes, non pas pour 7, non pas pour 8, non pas pour 9, non pas pour 10, non pas pour 11 vitesses… mais pour tout à la fois ! Et peut-être même pour 12, mais je n’ai pas essayé… En fait, les manettes ENE 11 W-Shift Lever ou ENE 11S Shifter – c’est la même chose, mais l’appellation est plutôt confuse – ne disposent pas d’indexation, mais tout de même d’une multitude de petits crans qu’on sent à la manœuvre du levier droit. Pas d’indexation, donc ! Oh là là, beurk, c’est pas pour moi ce machin-là, me direz-vous ? Oui et non. Là où les manettes pour roues libres 5v classiques demandent un minimum de doigté pour ne pas tomber dans l’espèce de Triangle des Bermudes agaçant qu’on peut parfois sentir entre deux pignons en pédalant dans la semoule ; en 11 vitesses, non. Le moindre geste, la moindre action sur la manette, et on a sauté d’un pignon à l’autre. Jamais un trou entre deux. On prend franchement le coup de main très vite. Pas d’indexation, mais finalement c’est superflu. J’insiste, mais l’avantage c’est qu’il n’y a rien à régler, juste les butées des dérailleurs. Le rustique a du bon, et encore mieux, il n’y a rien qui va se dérégler. Ces manettes expriment tout leur potentiel de douceur en 11 vitesses, associées à un dérailleur de même acabit. Parce que oui, ces manettes qui peuvent (à droite) tirer 45mm de câble en un demi-tour, peuvent s’adapter à tout, en nombre de vitesses comme en tirage de dérailleur (pour vous en convaincre, vous pouvez étudier ce tableau) ; mais encore une fois, en 11 vitesses c’est un vrai régal, pas besoin de doigté, et en 5 minutes vous aurez pris le tour de main – et l’oreille – même si au début c’est un poil plus délicat à faire monter vers les grands pignons qu’à en descendre…

Dans une petite boîte en carton, sobre et sans chichi, se cache une merveille d’aluminium poli. Ici, pas de joli packaging pour vous entourlouper, rien pour vous en mettre plein la vue, le rustique est présent jusque dans l’emballage ! À l’intérieur, chaque manette est séparée dans un sachet plastique, on ne peut pas se tromper entre les pièces, et une petite notice succincte est suffisante pour assurer le montage… même sans connaître l’anglais, en suivant le schéma !

Alors, c’est un sans-faute ? Presque. D’un point de vue esthétique, je trouve curieux que le levier de gauche soit plus court qu’à droite. Cette différence de longueur me trouble. Que la base soit dotée d’une énorme poulie à droite – dont les 30mm de diamètre feront tache sur un cadre à l’ancienne – c’est un peu normal vu qu’il y a du câble à enrouler pour satisfaire toute la latitude des 11 vitesses ; par contre, que les deux leviers proprement dits n’aient pas la même longueur, c’est étrange !

Bon d’accord, je chipote, parce que finalement une fois montées, ces manettes ne choquent pas sur un cadre acier aux tubes de dimensions modernes (un projet dont je vous reparlerai prochainement) et la différence de longueur ne se remarque même pas. Alors en résumé, si l’esthétique des leviers – et surtout l’aspect mastoc de celui de droite – ne vous rebute pas, ces manettes sont un excellent choix pour monter un vélo néo-rétro avec des changements de vitesses au cadre (un exemple ici).

Share Button

2 réflexions au sujet de « Osez des manettes 11 vitesses au cadre ! »

  1. Bonjour
    Bravo pour votre travail technique très precis.
    Ancien coureur cycliste des années 80, je roule toujours avec mon colombus Bernard carré 6/10, campa super record axes titane . Je suis un adepte inconditionnel des manettes de cadre sans indexation.
    Je roule aussi avec un vélo carbone.
    J’avoue que j’ai passé du temps à régler les pb d’indexation. 1h de boulot à extraire difficilement un câble cassé dans la manette shimano ultegra.
    Je partage 100% votre avis sur la simplicité de la maintenance reglage des manettes vintage et changement de câble.
    Le gain de poids n’est pas non plus à negliger
    Nota
    Bénévole en asso vélo je forme les adhérents à la réparation des vélo.
    Mon dada : les roues.

    1. Bonsoir Dominique,

      C’est vrai que depuis l’abandon des câbles de vitesses moches extérieurs transverses chez Shimano, ce qu’on a gagné en esthétique on l’a perdu en simplicité… Et quand je regarde les manettes Sensah (il faudrait que je prenne du temps pour en parler) j’ai l’impression que c’est encore pire pour changer de câble… À voir…

      Patrick.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *