Extraire facilement une roue libre à encoches larges

Share Button

Pour extraire une roue libre proprement – et pas à grands coups de burin qui au final auront de grandes chances d’avoir tout massacré – les outils qui vont bien existent et ne sont ni difficiles à trouver, ni très onéreux… mais pour les modèles à grandes encoches d’environ 35mm, l’outil n’est vraiment pas évident à trouver, pour une simple et bonne raison : les encoches ne sont pas standardisées, ni dans leurs largeurs, ni dans leurs profondeurs, ni dans leurs épaisseurs. En exagérant à peine, il y a presque autant de cas que de roues libres. Ici, 3 roues libres pour 3 types différents avec ces Atom, Hero et J.Moyne !

On le voit, l’extraction va donc se faire au cas par cas… en se fabriquant soi-même son outil à l’aide d’une simple barre d’acier ordinaire. Seule contrainte, il la faut quand même assez épaisse pour éviter qu’elle ne se torde sous l’effort !

Seul aspect désagréable, il faut retirer au préalable l’axe de la roue avant de débuter l’opération proprement dite. Je sais, c’est emmerdant, mais en voyant le bon côté des choses, on pourra en profiter pour graisser les roulements de roue au passage… ça ne peut pas faire de mal !

En pratique, deux cas se présentent :

Encoches à l’extérieur

L’extrémité de la barre d’acier est limée (ou meulée soigneusement à la disqueuse) pour l’amener à l’épaisseur exacte des encoches.

La barre doit rentrer « gras » c’est-à-dire avec le moins de jeu possible – et en forçant un peu à la main – pour éviter de ripper par la suite.

Il faut ensuite empêcher de ripper, justement. La barre est tenue au moyeu par un serre-joint de qualité, bien serré. Ne pas oublier de placer une cale en bois derrière le moyeu pour ne pas l’abîmer, et assurer une assise plus stable au serre-joint.

Pour faire les choses plus simplement, mieux vaut être à deux pour mettre en place tout ça sans que rien ne tombe ! Vous verrez, ce n’est pas évident, seul, quand on n’a pas l’habitude ; d’autant plus qu’au serrage du serre-joint, il faut faire attention à rester bien dans l’axe… sinon la barre va se coucher et tout l’assemblage dégringolera ! Bref, une fois cette partie délicate réglée, la roue libre vient classiquement en exerçant une pression ferme sur le bout de la barre (avec l’aide éventuelle d’une clé à molette pour allonger le bras de levier) dans le sens antihoraire.

Encoches à l’intérieur

Ici, les encoches sont encastrées dans la roue libre. On ne peut donc pas « poser » la barre d’acier en travers sur la roue libre, il faut se servir du bout pour l’emboîter dedans.

Comme dans le cas précédent, il faut affiner le bout de la barre, recto et verso (flèches vertes).

 

Puis porter précisément la largeur du bout de la barre au diamètre extérieur des encoches (en bleu). La aussi, ça doit être bien ajusté et rentrer gras.

 

Pour le démontage, roue au sol, pas besoin de serre-joint cette fois. Une solide clé à molette tenue d’une main assure un bon bras de levier ; et de l’autre main, on appuie très fermement sur l’extrémité de la barre (flèche orange) par l’intermédiaire d’un chiffon épais pour éviter toute blessure. La clé à molette tournée dans le sens antihoraire libérera la roue libre.

Voilà. Dans un cas comme dans l’autre, la roue libre est démontée…

Il reste maintenant à nettoyer, graisser puis remonter l’axe de roue, mais ça, c’est un jeu d’enfant !

 

Voir cet article pour démonter proprement les autres types de roues libres pour lesquels il existe des outils spécifiques.

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *