L’entretien d’un moyeu Histop à rétropédalage (type 305)

Share Button

Le but de cette page est de dédramatiser l’entretien des moyeux à freinage par rétropédalage, dont beaucoup ont l’impression, à tort, qu’il renferme une véritable usine à gaz ! Mais avec un minimum d’organisation, de calme, et de méthode, ça en deviendrait presque un jeu d’enfant. Il n’y a vraiment rien de bien compliqué, vous allez voir !

Malheureusement, à cause de cette fausse réputation de complexité, certains de ces moyeux sont assez usés car leur entretien a été absent – ou au mieux négligé – par manque de témérité de leur propriétaire. Moins robuste que les fameux Torpedo, cet Histop garde quelques traces d’un entretien négligé, avec un roulement à billes et un cône de roulement usés. Des billes seront faciles à trouver, un cône du bon filetage et du bon profil le sera moins !

Cette page concerne donc le moyeu Histop taïwannais (ici un type 305) sans changement de vitesses intégré, qu’on rencontre en particulier sur les  »beach cruiser » contemporains. Il offre une construction bien éloignée des très populaires Torpedo, mais néanmoins d’une conception intelligente… S’il n’avait pas de problèmes de mauvais traitements de surface de l’acier, qui nous donne des cônes de roulements à billes si fragiles…

 

Alors ? Prêt ? Allons-y :

À quoi ça ressemble ?

HistopDemontage0À première vue, face à ce métal oxydé, et ce cylindre d’aspect massif sans aucune fioriture – excepté ses deux séries de trois discrètes saignées – on se dit qu’on n’est pas en présence d’une noble mécanique… Mais les apparences sont peut-être trompeuses.

Nous verrons par la suite que la conception de ce moyeu vaut quand même qu’on s’y arrête un moment, patience !

Quoi qu’il en soit, nous sommes bien loin des modèles de moyeux Torpedo.

Le démontage :

HistopDemontage1Classiquement, il faut tout d’abord faire sauter le circlip qui retient le pignon.

On peut maintenant dégager le pignon, et faire coulisser l’anneau cache poussière (il offre un peu de résistance, c’est normal).

HistopDemontage2Au cas où il y aurait eu des rondelles de calage, notez bien leurs emplacements et leurs épaisseurs (même si dans l’absolu cela ne change pas grand chose, décalant juste de très peu la ligne de chaîne).

HistopDemontage3La suite du démontage s’apparente plus à une maintenance d’axe de roue  »vintage » traditionnelle, plutôt qu’à celle d’un moyeu à rétropédalage comme nous avait habitué Torpedo.

 

HistopDemontage4Du classique, donc : dévisser l’écrou de l’axe de roue, retirer l’entretoise, dévisser le cône de roulement à billes, puis retirer le roulement à billes, dévisser la grosse pièce sur laquelle prend place le pignon et le circlip, et enfin retirer le grand roulement à billes.

HistopDemontage5

Voilà, de ce coté-ci tout est démonté… même si on peut s’y retrouver facilement, ne mélangez pas les pièces !

 

HistopDemontage6En repoussant l’axe de roue, surprise, deux pièces tombent ! … Ce sont les deux mâchoires formant le cylindre de freinage.

Pas de panique, c’est normal, rien d’autre ne finira par terre !

 

HistopDemontage7

En retirant complètement l’axe de roue, voilà ce que nous avons comme pièces…

Il en reste encore quelques-unes à séparer de l’axe de roue, mais tout coulisse sans aucun problème.

La conception a l’air finalement assez simple… mais il y a quelques astuces à connaître, vous allez voir !

HistopDemontage9L’ensemble souligné en vert se dégage sans problème, et se désassemble en y allant en douceur. On peut alors retirer le roulement à billes.

Tout ce qui reste encore assemblé sur l’axe de roue (patte d’ancrage, écrou, rondelles… ) reste en place, et ne demande pas d’entretien. Il est donc inutile de le démonter.

HistopDemontage8

 

 

Voici à quoi ressemble le corps du moyeu, cette fois-ci c’est du classique : d’un côté tambour lisse en acier (n’ayant plus vraiment de graisse, hélas !) servant de surface de freinage, de l’autre côté une piste de roulement à billes.

 

HistopEclate Et voilà, c’est fait, tout est sur la table !

Maintenant il faut nettoyer toutes les pièces soigneusement, avant de remonter le mécanisme… mais avant, je vais essayer de vous éclaircir le fonctionnement de ce moyeu.

Le fonctionnement du mécanisme :

  • La pièce A qui reçoit le pignon, lors de l’action de rétropédalage, fait avancer l’ensemble B grâce à sa rampe hélicoïdale.
  • L’ensemble B comprime alors les deux mâchoires C contre la pièce conique D. Les deux mâchoires C s’écartent alors en se serrant contre l’intérieur du moyeux, assurant ainsi le freinage.
  • L’ensemble B en temps normal ne comprime pas les mâchoires C, grâce à l’action de son ressort b dont les deux petites pattes viennent s’engager dans les encoches d de la pièce conique D.

HistopExplication0Convaincu ? Non, alors voyons ça de plus près…

HistopExplication3

 

L’ensemble B possède bien entendu lui aussi sa rampe hélicoïde, pour pouvoir se visser (en condition de rétropédalage)… ou se dévisser (en condition normale)… de la pièce A.

 

Voici en situation comment tout prend place. Bien entendu, l’élastique jaune est juste-là pour bien vous faire comprendre l’interaction entre les pièces… en évitant que tout tombe par terre !

HistopExplication2(Pour plus de simplicité, il manque ici en bout d’axe la pièce A supportant le pignon… mais qui ne change rien pour la compréhension de l’ensemble.)

En médaillons, les deux petites pattes (à gauche) et les encoches de la pièce conique D (déjà regraissée) dans lesquelles elles viennent s’engager (à droite).

Sur la photo suivante, nous voyons que les deux mâchoires arrivent à s’écarter grâce aux points de contact coniques ou biseautés, ici marqués par les 4 flèches vertes.

HistopExplication1

Le remontage :

HistopRemontage1Une fois le fonctionnement expliqué, pas de mystère, il suffit de tout regraisser généreusement, et de procéder à l’inverse du démontage. C’est tout !

Commencer par réassembler l’ensemble B. Graisser ensuite la pièce conique restée sur l’axe de roue (pièce D), lui présenter son roulement à billes, puis emboîter les pattes de l’ensemble B dans les encoches.

HistopRemontage2

Il faut maintenant replacer les deux mâchoires correctement …

 

… en les plaçant dans le bon sens !

Le bourrelet des mâchoires de freinage se place du côté de la pièce conique resté sur l’axe de roue (pièce D)… en prenant place dans les encoches prévues sur le cône (voir médaillon).

HistopRemontage3

Bien graissées et bien mises en place, les deux mâchoires ne doivent pas tomber de l’axe.

HistopRemontage4

Nettoyer ensuite soigneusement, puis graissez l’intérieur du moyeu pour ne pas user prématurément les mâchoires. Le freinage ne serait de toute façon pas meilleur à sec.

 

HistopRemontage5Faire coulisser dans le moyeu, l’ensemble du mécanisme bien graissé et équipé de toutes ses pièces.

Vérifiez une dernière fois le bon positionnement des deux mâchoires de freinage.

Bien graissé, rien ne doit tomber ! C’est fini pour ce côté-ci.

HistopRemontage6

Retournez la roue, en tenant l’axe bien enfoncé, pour passer à la suite.

Graissez la piste recevant le roulement à billes.

 

HistopRemontage7

 

Mettre en place le grand roulement à billes.

 

 

HistopRemontage8

 

Graisser généreusement la pièce à la rampe hélicoïdale…

 

 

HistopRemontage9

 

… puis la visser doucement mais à fond dans le moyeu.

 

HistopRemontage10

Mettre en place le petit roulement à billes, naturellement et comme toutes les autres pièces, en le graissant généreusement.

 

HistopRemontage11

 

Revisser le cône du roulement à billes en le réglant à peu près.

 

HistopRemontage12

Mettre en place l’entretoise puis revisser l’écrou de l’axe de roue. C’est à ce moment qu’on régle soigneusement le jeu aux roulements.

HistopRemontage13

 

Mettre en place l’anneau cache poussière, le pignon, et finir avec le circlip. Point.

Voilà, c’est tout ! Alors, rien d’insurmontable, non ?

Allez hop, il n’y a plus qu’à remonter la roue sur le vélo !

 

ATTENTION : avant de reprendre la route, il faut roder le moyeu le vélo les 4 fers en l’air, en faisant des séances de pédalage / freinage, pour bien répartir la graisse à l’intérieur du moyeu, et s’assurer du bon fonctionnement du mécanisme… surtout si le vélo n’est pas doté d’un frein avant !
Share Button

12 réflexions au sujet de « L’entretien d’un moyeu Histop à rétropédalage (type 305) »

  1. Bonjour, merci pour ce tuto magnifiquement expliqué et detaillé, je galère depuis 2 jours pour remonter ce système sur ma roue, évidemment que je n’y arrivé pas, je commencé par la gauche au lieu de la droite à cause d’un écrou coincé, me reste plus qu’à trouver un moyen de le débloquer et je pourrai enfin remonter cette fichue roue sur mon vélo, encore un grand merci et un grand bravo pour ce tuto sur ce système asiatique simple et plutot éfficasse.

    Bien Cordialement

  2. Bonjour,
    Merci pour votre tutoriel très clair et complet ! 🙂
    J’ai récemment acheté une roue rétropédalage équipée d’un moyeu Histop (https://www.santafixie.fr/roues-velos-pignon-fixe/retropedalage/roue-arriere-frein-retropedalage-argent.html) afin de monter mon vélo en single speed. Cependant après avoir monté la roue ainsi qu’un pédalier mono-vitesse sur mon vélo, ma ligne de chaîne est médiocre, le pignon est environ 10mm plus rapproché que le plateau… J’aimerai corriger cela en éloignant le pignon vers l’extérieur, mais j’ignore comment procéder. Cela est-il possible sur ce type de moyeux en utilisant des entretoises par exemple ? Si oui, savez-vous où en trouver ?

    Merci d’avance et bonnes fêtes 🙂

    1. Pas simple, car le pignon a une place fixe sur ses cannelures. Le seul moyen consiste à faire passer entretoise ou rondelles (entre l’écrou et le cône à billes) de l’autre côté de l’axe, mais le résultat ne sera pas forcément esthétique… et surtout il faudra revoir le centrage de la roue en jouant sur les rayons.

      Le mieux serait d’avoir un axe de pédalier plus court !

      Bonne fin d’année !

      1. Merci pour votre réponse, effectivement cela semble délicat d’agir sur le pignon. Je vais donc essayer de décaler le plateau de mon pédalier en le fixant de l’autre côté de l’étoile, ça devrait déjà améliorer la ligne de chaîne !

        Bonne journée et bonne année 🙂

  3. Bonjour,

    Un vrai trésor cet article. J ai le même moyeu et je recherche la couronne du roulement extérieur (comme sur votre photo) qui a cassé. Connaissez vous un site où je pourrais l’acheter? Merci beaucoup.

    1. Bonsoir Cédric,

      Je ne connais pas du tout la politique du service après-vente de cette marque.
      Les moyeux Histop sont vendus sur beaucoup de sites axés fixie, single-speed ou custom. Posez-leurs la question de la disponibilité des pièces.

      Bonne chance.
      Patrick.

  4. Bonjour,
    J’ai un vélo hollandais à rétropédalage avec un moyeu qui ressemble beaucoup au votre. J’ai effectivement un chiffre « 305 » qui traine parmi les inscriptions, même si ces inscriptions ne sont pas disposées comme sur votre illustrations. Cependant, l’axe (la tige fileté qui traverse de part en part) n’est pas fileté sur toute sa longueur, il y a une zone de 2,3 centimètres environ qui est lisse vers le centre. Je pensais jusqu’à présent que cette zone servait à être mordue par les patins pour freiner et qu’il fallait donc impérativement que cette zone soit lisse pour ne pas user les patins. Mais ça ne correspond pas avec vos explications…
    S’agit il d’un modèle différent?
    Est ce que je dois retrouver une tige fileté avec cette zone lisse?
    Si oui, savez vous où je peux acheter un tel axe?
    Cordialement,
    Martin

    1. Bonsoir Martin,

      Que la zone centrale de l’axe soit filetée ou non n’a pas d’importance, vu qu’elle ne sert mécaniquement à rien, et n’intervient pas lors du freinage.
      Le modèle a sans doute évolué, rien de plus.

      1. Haaaa! Good lord! Je peux donc remonter mon vélo avec n’importe quelle tige fileté, pourvu qu’elle soit du bon diamètre, du bon filetage et de la bonne longueur?
        Il n’existe aucun modèle de rétropédalage qui utilise l’axe pour freiner ou que sais-je?
        Avez vous des adresses où je peux commander des tiges fileté Histop? Je n’ai pas trouvé le site du fabricant. Ha moins que je ne me tourne vers Shimano? J’ai repéré un moyeu à rétropédalage qui utilise le même modèle de tige, je peux toujours leur donner cette référence et utiliser la tige sur mon histop?
        Merci pour votre aide!
        Martin

        1. Bonsoir Martin,

          À mon avis, n’importe quel axe plein de roue arrière de vélo (pas trop ancien) doit convenir, vu que le moyeu se visse avec des écrous standards. On peut en trouver partout, y compris en SAV de supermarchés, comme pièces détachées de VTT (bas de gamme).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *