L’entretien des galets de dérailleurs anciens

Share Button

Les dérailleurs, suffisamment anciens, sont dotés de galets métalliques qui présentent l’avantage (contrairement à ceux de type moderne, le plus souvent en résine) de pouvoir être graissés, et réglés facilement s’ils présentent trop de jeu… au lieu de finir bêtement à la poubelle !

Même si l’opération n’est pas bien compliquée à réaliser, il y a quand même un ou deux pièges à éviter ; alors suivez le guide !

Je prendrai ici pour exemple ce dérailleur 3 vitesses des années 1920/30 :

Inconnu1941_Derailleur

En les faisant bouger de gauche à droite, les galets présentent un jeu latéral important, laissant apparaître des billes sans aucune trace de graisse… contrairement à ce que pourrait laisser penser l’aspect extérieur, assez répugnant, du dérailleur !

Il faut résister à la tentation de simplement mettre quelques gouttes d’huile sur les billes que l’on voit. C’est rapide, c’est facile, c’est fini… mais un jeu important détériorera rapidement toutes les pièces des galets, avec la boue et poussière qui en profitera pour rentrer, en formant avec l’huile une excellente pâte abrasive !

Inconnu1941_GaletDerailleurRetirePour y voir plus clair, je retire la chaîne. Sur ces vieux vélos, elle est de toute façon bien souvent trop allongée pour être conservée. En changer ne fera pas de mal, pignons et plateau vous diront merci… s’il n’est pas trop tard pour eux !

En faisant rouler les galets donc, pas de problème, les billes ne sont pas prêtes à tomber… logiquement elles l’auraient déjà fait en roulant… mais prudence ! En y allant doucement, je peux procéder au démontage sans crainte que tout finisse par terre. Je m’occuperai bien entendu des galets un par un, le principe étant le même pour les deux.

Inconnu1941_GaletDerailleurPieces

Ces galets entièrement métalliques sont bien plus robustes que les modèles actuels en résine… Pour la légèreté c’est une autre affaire, mais on ne peut pas tout avoir !

Les billes restent prisonnières entre deux cônes visés.

Inconnu1941_GaletDerailleurDetail

 

Vu de plus près, on comprend bien qu’il y a trop de jeu dans ce galet. En effet, on aperçoit les billes sans aucun problème !

Les deux cônes seront donc bien sûr à resserrer… après démontage et graissage soigneux. Autant en profiter pour faire les choses correctement !

Inconnu1941_GaletDerailleurOuvert

Les cônes se dévissent facilement, à condition de trouver deux rondelles, ou ici deux pièces de quelques centimes, qui ont le bon diamètre et la bonne épaisseur. Le but étant d’épouser parfaitement les encoches pour que rien ne rippe.

Attention : en France détériorer la monnaie –  pièces ou billets – est absolument illégal ! ! !

Avec un peu de fermeté, c’est débloqué. Il faut tenir le galet bien à plat, pour que les billes ne s’échappent pas, et desserrer complètement le cône supérieur.

Inconnu1941_GaletDerailleurDemonte

On peut maintenant retirer le deuxième cône… au-dessus d’un petit récipient, pour ne rien perdre !

Il faut maintenant tout nettoyer et regraisser.

Ici on comprend bien comment cet assemblage fonctionne :

Le centre du galet comporte une gorge contre laquelle seront plaquées, et tourneront, les billes. En serrant plus ou moins les deux cônes, les billes se trouvent plus ou moins pincées par les cônes, donc plus ou moins écartées, et en fait plus ou moins en contact avec la gorge du galet, simple non ?

 

Pour le remontage, graisser la gorge du galet et un cône, puis les poser bien à plat. Ensuite, remettre les billes une par une. N’hésitez pas à remplacer celles qui sont détériorées (présentant rouille, rayures, écailles, n’étant pas parfaitement sphériques…), sinon cônes et gorge du galet ne survivront pas bien longtemps.

Ne pas revisser le deuxième cône tout de suite… au mieux le serrage sera incorrect, au pire toutes les billes finiront par terre !

Inconnu1941_GaletDerailleurGraisseAvant, il faut repousser chaque bille en périphérie, avec un tournevis fin par exemple, bien au fond de la gorge du galet.

Pour vous aider à « verrouiller » les billes bien au fond de la gorge, vous pouvez soulever très légèrement le galet.

Comment savoir si vous avez mis le bon nombre de billes ?

Même si vous avez été très soigneux et attentif, certaines ont pu se perdre lors de démontages anciens ! Mais alors, combien doit-il en avoir exactement ?

En fait, au final, il doit rester dans la gorge un espace inférieur au diamètre d’une bille, toutes les billes étant bien entendu parfaitement au fond de la gorge et en contact avec ses voisines.

 

Attention, ne resserrez pas trop les cônes, on doit sentir un léger jeu latéral, mais pas trop. Mais pourquoi, vu que jeu est l’ennemi des roulements à billes ? En fait, en revissant le galet sur le dérailleur, les cônes seront compressés… et il y aura moins de jeu… donc s’il n’y en a pas au départ, forcément il n’y en aura pas assez à l’arrivée, quand le dérailleur sera réassemblé. Il faudra donc éventuellement y aller à tâtons, par essais successifs. Le tout étant d’arriver au final à avoir un galet ne présentant aucun jeu, mais tournant librement, une fois remonté sur le dérailleur. Patience, on y arrive beaucoup plus vite avec un peu d’expérience. Vous verrez, ça ira déjà mieux avec le deuxième galet… Il faut à présent s’en occuper, alors au boulot !

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *