Construire un « marbre » pour vélo – 1 : la table

Share Button

Quand on veut construire un cadre de vélo (comme d’un deux-roues motorisé d’ailleurs) dans les règles de l’art, il faut pouvoir l’assembler avec la plus grande précision possible… Et ce n’est pas franchement évident. Tous les cadreurs sérieux disposent de montages spécifiques pour y arriver, ce sont ce qu’on appelle familièrement un marbre, car à l’origine, les tables rectifiées de haute précision étaient réalisées en… devinez quoi ? En marbre bien sûr !

Donc, si vous souhaitez créer de toutes pièces vos cadres vous aurez deux solutions :

  1. Soit acheter votre marbre… En cassant votre tirelire, car un exemplaire polyvalent et de bonne qualité vous sera vendu au prix fort !
  2. Soit le faire de vos dix doigts ! C’est du travail, mais les économies seront là… Et le montage que je vous propose est très polyvalent en changeant les accessoires. Voyons comment faire :

Le choix des matériaux

Il faut tout d’abord considérer l’usage :

  • Vous souhaitez assembler des cadres en tubes de carbone collés (par congés +/- avec nappes croisées de renfort).
  • Vous êtes un virtuose de la flamme, et vos cadres seront en acier, alu… Ou pourquoi pas, titane.

Dans le premier cas, une table en aluminium a l’avantage de la légèreté. Ainsi vous pourrez facilement la déplacer pour la ranger dans un coin d’atelier quand vous n’en aurez pas l’usage… Et en plus, elle ne craindra pas la rouille !

Malheureusement, exposé à la chaleur l’aluminium se dilate beaucoup plus que l’acier. Notre montage doit être fiable et précis, indépendamment des zones chauffées au voisinage du chalumeau pendant le brasage. Donc une table en aluminium est réservée à un usage froid : assembler du carbone et rien d’autre !

Vous l’aurez compris, dans le deuxième cas, ou pour des projets aussi bien métalliques que carbone, une table en acier s’impose, en prenant garde de ne pas la laisser se faire envahir par la rouille. Sa place doit être plus ou moins définitive dans l’atelier, car c’est lourd ! Sachant que pour le confort de votre travail, il faut pouvoir tourner autour… Ou au moins sur trois faces.

Les tubes

TableMarbre1Que ce soit acier ou aluminium, il faut choisir des tubes bien droits. Faites-les rouler sur les quatre faces tout en les observant bien sur la longueur. Le but est d’écarter tous ceux qui présentent une courbure, même minime.

Pour fabriquer mon marbre, j’ai choisi des tubes de 30x30mm en 2,50m de long. De l’acier de construction ordinaire fait l’affaire, dès l’instant où les tubes sont bien rectilignes. Je vais les espacer de 11mm entre eux pour y passer de la boulonnerie de 10mm. En prenant une douzaine de tubes que je coupe en deux, j’obtiens une table confortable de 1,25 x 1m disposant de 24 travées de tubes.

Il manquera juste deux autres tubes carrés de 1m de longueur pour boulonner les travées… et 4 cornières pour faire les pieds.

Voyons ça de plus près :

L’assemblage de la tableTableMarbre9

Le but du jeu est d’arriver à cela. Non, non, non, les pieds sont droits… mais pas la perspective. Je n’avais pas assez de recul pour la photo !

TableMarbre2Voilà l’envers du décor. Les travées sont boulonnées par le dessous à l’aide de vis têtes fraisées.

Tout d’abord, on perce les deux tubes allant recevoir les travées, d’une série de trous espacée très soigneusement de 41mm les uns des autres.

(soit 30mm de section des tubes + 10mm pour faire passer la boulonnerie + 1mm de jeu)

Voici le secret du montage :

TableMarbre3TableMarbre5Ci dessus :

les vis traversent les deux côtés des tubes porteurs… Mais pas les tubes des travées, pour conserver la totalité de la surface de travail disponible.

Les écrous sont placés à l’intérieur des tubes. Il vous faudra une pince fine et un peu de patience pour placer les écrous !

.

À gauche :

La table montée sur ses pieds. Remarquez que rien ne gêne sur le plateau.

TableMarbre4Attention : bien orienter les tubes avant de réaliser les perçages.

Pour garder une parfaite planéité, orienter les cordons de soudure des tubes en dehors des zones utiles :

  • Ne pas les orienter vers la face de travail du marbre.
  • Ne pas être en contact avec les parties assemblées.

Et voilà, à vous de faire un peu de Mécano !

Maintenant il faut fabriquer tous les accessoires permettant d’assurer les liaisons entre la table et le cadre que l’on souhaite construire.

À voir ici : Construire un « marbre » pour vélo – 2 : les équerres

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.