Du pâté d’alouette dans le vélo « vintage » !

Share Button

Voici un article politiquement incorrect, mais bon, le monde est imparfait ! Le deux-roues s’impose en ville, l’esprit écolo-bobo-vintage est à la mode, l’acier terriblement tendance, le pédaleur urbain (enfin, celui encore assez courageux pour se passer de vélo électrique) devient de plus en plus avide de nos Peugeot, Motobécane, et autres montures classiques. Tout ce qui tourne autour, est de plus en plus recherché… Les prix montent, et beaucoup de vendeurs essaient d’avoir leur part du gâteau. Certains petits malins – sans trop de scrupules – profitent d’un marché où les pièces détachées se raréfient pour les anciens standards disparus, et c’est là que se trouve tout le problème.

Quel rapport avec le pâté d’alouette du titre de cet article, me direz-vous ? Il n’y a qu’à regarder la recette : prenez une alouette, un cochon ou un cheval, hachez la viande, mélangez avec l’œuf et l’échalote, et hop, en terrine ! On voit bien qu’entre le piaf et le canasson, le pâté n’a d’alouette que le nom ! Mais encore ?

Ainsi, des pièces très facilement magouillables comme les jeux de direction, présentent un potentiel évident pour les margoulins. Et certains, sur des sites de type eBay ou même des boutiques en ligne soi-disant spécialisées, n’hésitent pas une seconde ! Voyons les raisons de plus près :

  1. C’est un composant anodin, qui n’éveille a priori pas la méfiance.
  2. Les modèles classiques, filetés en 25mm ou 1″ se ressemblent un peu tous.
  3. Leurs pièces sont facilement interchangeables d’un point de vue dimensionnel, et sans être (trop) choquant.
  4. Le plus souvent, ils n’ont soit aucune marque de fabricant, soit une inscription discrète (souvent un nom gravé sur la bague crantée).

 

Là, vous devez commencer à vous douter de l’arnaque ! Prenez deux jeux de direction. Un ordinaire – vintage, ou chinoiserie actuelle pour les plus téméraires – et un autre, un exemplaire noble, un truc identifiable : Lightrace, Stronglight, ou n’importe quoi d’autre avec un nom visible. Échangez simplement la bague avec le pedigree marqué dessus, et le tour est joué : avec un vrai, vous faites deux faux !

  • D’un côté vous obtenez un vrai-faux Stronglight puisque la bague le dit. C’est comme le Port-salut, c’est écrit dessus ; sauf qu’à part la bague, tout le reste est faux. Pas de chance, vous avez payé le prix fort pour une pure contrefaçon !

    Même s’ils ne sont pas de même génération, voici – en théorie – deux Stronglight Compétition. À gauche le vrai. À droite, seule la bague crantée est authentique, le reste est un mix bas de gamme de provenances diverses !
  • De l’autre côté vous avez le faux-vrai : tout est de bonne qualité, regardez mes pièces comme elles sont belles… Là, vous avez eu beaucoup plus de chance, sauf que la bague crantée est de bas étage, voire pire : elle s’emboîte de manière bancale – voire pas du tout – au chemin de billes, et là, il faudra vous débrouiller pour en trouver une autre ; du bon modèle surtout !

    Dans sa boîte d’origine au-dessus de tout soupçon, la bague marquée Lightrace à disparue, remplacée par une autre, anonyme et de qualité médiocre (tout à droite)… de quoi « fabriquer » un 2ème jeu de direction Lightrace… entièrement faux, sauf la bague crantée (la vraie, celle aux dents bien affûtées) !
  • Une autre forme de bidouille est également possible. En démontant un vieux clou aux pièces prometteuses, le beau jeu de direction se révèle catastrophique : ses chemins de billes sont profondément marqués. Rien à en tirer, alors bon pour la poubelle ? Mais non, la bague crantée sur un affreux bas de gamme, et ça fait un Stronglight Compétition (ou autre) de plus sur le marché !
  • Pour finir, la vente à la découpe est ce qu’il y a de plus lucratif, à condition de disposer de plusieurs éléments au nom de la marque, et qui peuvent être démembrés en autant de contrefaçons !
Ce Stronglight Compétition dispose d’un marquage sur presque tous ses éléments… De quoi faire jusqu’à 5 faux jeux de directions, pour les plus téméraires des escrocs !

 

D’autres magouilles sont également envisageables pour d’autres composants. Des échanges de pièces entre modèles d’une même marque se rencontrent fréquemment sans qu’il y ait forcément une intention malveillante, mais c’est quasiment toujours en faveur du matériel le plus coûteux ; étrange !

Quoi qu’il en soit, pour vos pièces de vélos anciens, méfiance ; ouvrez bien l’œil, et le bon !

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *